A quel moment semer et comment s'y prendre?

A quel moment semer et comment s’y prendre?

Le printemps est là (enfin, selon le calendrier), c’est donc le bon moment pour parler des semis. Très bien me direz-vous, mais à quel moment semer et comment s’y prendre ? Je suis tentée de répondre, toutes les graines que vous pouvez trouver et qui vous font plaisir. Soit, mais comment s’y prendre et quel est l’intérêt de faire ses semis ? Pourquoi ne pas acheter du plant, c’est tellement plus simple ?

 

Quel est l’intérêt des semis ?

Pour ma part, je fais avant tout des semis pour le plaisir de voir de jeunes plantules sortir de terre et évoluer jusqu’à me donner des fleurs et des légumes pour les plantes qui en produisent.

Le deuxième intérêt des semis, c’est le coût. Jamais vous n’aurez douze pieds de tomates pour 2€. Si vous faites vous-même vos semis, c’est possible. D’ailleurs, vous obtiendrez même bien plus que douze pieds de tomates. Il suffit de faire jouer la concurrence entre les magasins et les marques comme dans tout autre domaine. Dans un même magasin, d’une marque de graines à l’autre, les prix peuvent varier du simple au double. Donc, soyez observateur.

Le troisième intérêt, c’est que certaines plantes ne se vendent pas sous forme de plantules. C’est notamment le cas des petits pois ou des haricots.

 

A quel moment semer ?

La question est plus délicate. Pour toutes les plantes que vous allez garder quelques semaines en intérieur, les tomates par exemple, vous pouvez semer dès le mois de février début mars. Vous garderez ensuite vos plantules au chaud jusqu’à la fin des gelées, c’est-à-dire jusqu’à ce que les Saints de Glaces soient passés (mi-mai). La date précise varie chaque année, donc à vous de consulter un calendrier. Faites attention à la vitesse de développement de la plantule. Certaines sont rapides, c’est le cas de courgettes. Je vous conseille de ne pas les semer trop tôt, car vous ne les tiendrez pas trois mois en pot. Tenez compte aussi du fait que plus les jours sont longs et plus il fait chaud, plus les plantules se développent vites. Je vous l’ai dit en préambule, la question est plus délicate et c’est avec l’expérience qu’on finit par trouver la bonne date.

Certaines plantes d’extérieur ne craignent pas de petites gelées (0, -1), c’est le cas des petits pois, qui redoute même la chaleur. Si vous habitez une région où il fait chaud très tôt en saison, vous devrez planter vos petits pois très tôt pour les récolter avant les grosses chaleurs (plus de 25°C). Il faut tout de même attendre que les risques de fortes gelées soient écartés. Je ne vous cache pas que c’est compliqué, surtout avec les saisons qui se décalent de plus en plus.

Certaines variétés de salades ne craignent pas non plus la gelée et pourront être semées à différents moments de l’année.

Les oignons peuvent aussi être plantés assez tôt.

Pour la majorité des plantes, il faut attendre la mi-mai. C’est en particulier le cas des haricots (verts, beurres, flageolets, gros blancs, etc). Si vous partez en vacances en été, il vous faudra tenir compte de vos dates d’absence. C’est toujours dommage de planter et de passer à côté des récoltes parce qu’on est absent de son domicile. Pour vous donner quelques repères, le haricot vert ou beurre, c’est environ six semaines entre le semi et la récolte. Par contre, vous compterez plutôt trois mois pour le haricot sec (flageolet, gros blanc).

Concernant les fleurs, la plupart d’entre elles ont un comportement similaire aux légumes cités précédemment. Soit elles doivent être semées en bac à semis et dans ce cas, vous pouvez les semer dès février- mars, soit il faut les mettre directement en place, et dans ce cas, il faut attendre la mi-mai. La mention bac à semis ou pleine terre est indiquée au dos du sachet de graines.

Il y a bien une exception à toute cette belle routine. Devinez de qui il s’agit ? De mes plantes fétiches, les cactus. Déjà, il n’y a pas de différence d’une variété à l’autre, on les sème tous en intérieur dans l’hexagone. Ensuite, on s’adapte. Certains sont à semer avant que les températures ne dépassent les 20°C. D’autres au contraire sont à semer quand les températures oscillent entre 25 et 29°C.Pour ceux à semer à plus de 25°C, il faut aussi attendre d’avoir 14 heures de jour minimum. C’est à partir de la mi-mai que nous atteignons une telle luminosité. Donc, à partir de cette date, on jongle avec la météo. Il y a bien quelques solutions pour limiter toutes ces contraintes, mais je vous en dirai plus un autre jour.

 

Comment s’y prendre ?

Le cactus étant très spécifique avec différentes techniques possibles, j’y consacrerai du temps à un autre moment.

Pour les semis en pleine terre, c’est très simple, vous faites un sillon, vous déposez vos graines au fond, vous recouvrez les graines de terre, vous arrosez dès que c’est sec, puis, vous attendez. Une fois que les graines ont germé, il faut biner. Dans un pot, ce n’est pas facile, mais de petits outils vous permettent de réaliser ce travail.

Pour les semis en terrine, vous aurez besoin d’un bac percé et d’un couvercle. Les jardineries en vendent. Mais vous pouvez aussi le réaliser vous-même. Certains plats tout préparé sont vendus dans des barquettes plastiques. Il suffit de les laver, de faire quelques trous au fond et de trouver une barquette transparente de la même grandeur qui servira de couvercle. Vous mettez de la terre dans le bac percé, vous placez vos graines, vous les recouvrez d’une fine couche de terre, vous arroser avec douceur, vous mettez le couvercle et vous attendez. Quand les plantules ont 3 à 4 feuilles, vous les transplantez dans des pots individuels ou dans une jardinière en attendant la fin des gelées.

 

Le semi, c’est un peu plus de travail que l’achat du plant, mais ce n’est pas compliqué à réaliser. Alors, n’hésitez pas à vous lancer.

En attendant le prochain article, retrouvez nous chaque jour sur notre page Facebook.

 

 

A propos de Patricia Provost

Les cactus, c’est une passion familiale, mon père en possédait déjà. Avec l’âge, je m’y suis intéressée à mon tour. Après des débuts difficiles, des ouvrages m’ont aidé à mieux les cultiver. Cette expérience me permer aujourd'hui de vous conseiller pour le bien-être de vos cactus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*