Adapter ses plantations à une nouvelle région

Adapter ses plantations à une nouvelle région

D’une région à l’autre en France, le climat varie légèrement si bien que les repères de plantations et de récoltes varient avec. Vous devrez donc adapter vos plantations à cette nouvelle région. Mais je m’aperçois après plus d’un an de changement qu’il existe d’autres paramètres plus compliqués encore à gérer, il s’agit des nuisibles.

 

Le climat :

Vous êtes habitué à semer, entretenir et récolter dans une région, cela ne vous pose pas de problèmes, vous gérez parfaitement la situation. Par contre, quand vous déménagez à quelques centaines de kilomètres, les températures varient ainsi que la pluviosité et l’ensoleillement. Vous pouvez avoir plus de soleil ou plus de pluie, des températures plus douces ou plus froides, un léger décalage dans les saisons. Vous allez donc devoir adapter vos plantations à une nouvelle région. L’ensemble fait que vous allez peut-être récolter plus ou moins la première année le temps d’observer et de vous caler sur le climat.

 

Les envahisseurs :

L’autre problème, qui n’est pas des moindres, ce sont les envahisseurs. Vous découvrez des insectes qui vous étaient totalement inconnus jusque-là. Certes, vous en aviez entendu parler, mais tant que vous ne les avez pas vus et que vous n’avez pas eu affaire à ces petites bêtes, d’une part vous vous faites surprendre et pendant ce temps-là, ils font des dégâts et ensuite, vous devez trouver la bonne méthode pour les combattre, et là, ce n’est pas gagné.

Et puis, vous découvrez également des envahisseurs dont vous n’avez jamais entendu parler. Là, c’est encore plus compliqué, car vous ne savez pas du tout comment lutter contre, si bien que certaines plantes en pleine forme un jour dépérissent le lendemain.

C’est très frustrant, mais au lieu de désespérer, il faut en tirer une leçon afin de se préparer dans les meilleures conditions pour l’année suivante.

 

La deuxième année : adapter ses plantations à la nouvelle région:

C’est ainsi que la saison suivante doit en principe se dérouler dans les meilleures conditions.

Effectivement, comme vous avez tiré toutes les leçons d’une première année d’expérience, vous devriez planter au bon moment et vous avez probablement pris toutes les précautions contre les envahisseurs. C’est ainsi que cette année, j’ai semé mes petits pois plus tôt et que je veille au grain face à tous les insectes douteux. Les petits pois sont donc sortis de terre et j’espère les récolter avant les grosses chaleurs. De plus, ils sont plantés dans une zone plus ombragée au cas où la chaleur viendrait plus vite que prévu.

 

Si vous avez vécu ces mêmes expériences, il peut être intéressant de nous les partager, c’est enrichissant pour tous.

En attendant vos réactions, vous pouvez nous suivre sur notre page Facebook.

A propos de Patricia Provost

Les cactus, c’est une passion familiale, mon père en possédait déjà. Avec l’âge, je m’y suis intéressée à mon tour. Après des débuts difficiles, des ouvrages m’ont aidé à mieux les cultiver. Cette expérience me permer aujourd'hui de vous conseiller pour le bien-être de vos cactus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*