Patricia Provost, Auteur à Plantes et Jardin de Ville - Page 7 sur 8

Author Archives: Patricia Provost

Graines et plantes à moindre coût

mars 30, 2015 Soigner ses plantes d’intérieur 0
Graines et plantes à moindre coût

     Vous souhaitez fleurir votre domicile, oui, mais voilà, les plantes coûtent assez chères et bien souvent, il faut les changer dès l’achat. Il faut donc aussi acheter des pots, du terreau, des soucoupes. Le coût de l’opération devient important. Avez-vous envisagé d’autres solutions que l’achat de plantes et de tant de matériel ?

Le semi :

      Les graines sont déjà nettement moins onéreuses que les plantes. Autre avantage, un sachet de graines vous permettra d’obtenir 10, 20, 30 plantes, voire davantage encore. Certains semis sont à la portée de tout le monde, ils ne présentent aucune difficulté. La seule contrainte consiste à arroser régulièrement, à surveiller le développement des plantules afin de les repiquer au bon moment. Les semis faciles sont divers et variés (Géraniums, Coléus, Primevères, Œillets, Agaves, Aloès, Haworthias, etc).

Lire la suite

Comment entretenir un géranium ?

mars 27, 2015 La plante du mois 0
Comment entretenir  un géranium ?

     Voici une belle plante qui se conserve des années et que l’on devrait plutôt appeler pélargonium. Je l’apprécie tout particulièrement pour le peu d’entretien qu’elle demande et pour sa polyvalence. Elle se développe aussi bien en pleine terre qu’en pot ou en jardinière. Elle peut servir en bordures ou en suspensions. Elle est particulièrement résistante.

Le semi :

      Il s’obtient facilement à partir de graines achetées dans le commerce. Semez-les dès février-mars dans une terrine couverte que vous gardez au chaud dans votre logement et des petites plantes ne tarderont pas à sortir. Quand ils ont 3 feuilles, plantez-les dans un pot individuel et dès que les gelées sont terminées, vous pouvez les installer dehors pour tout l’été. Comme ils se développent assez rapidement, ils fleurissent dès la première année.

A l’automne :

     Même si le géranium résiste à de petites gelées, mieux vaut le rentrer. Pour cela, deux solutions :
– Soit vous avez la place de le conserver dans son pot.
– Soit vous manquez de place, vous pouvez alors le déterrer, vous attachez plusieurs pieds ensemble que vous suspendez dans un lieu frais, hors gel, les racines en haut, la tête en bas. Un garage ou une cave font parfaitement l’affaire. Il leur faut quand même un peu de lumière. Dès le début mars, vous verrez de jeunes pousses apparaître. Lire la suite

Le jardinage des cactus et les enfants

mars 3, 2015 Plantes grasses 0
Le jardinage des cactus et les enfants

Vous allez accueillir ou vous attendez l’arrivée d’un bébé et vous avez des cactus à votre domicile. Vous vous demandez si vous devez vous débarrasser de vos plantes ou si les deux vont pouvoir cohabiter sans danger. Ce type de « jardinage enfant » est-il compatible ?

mms_img-1106048999    Danger: Euphorbe

 

La découverte :

     L’enfant est bien souvent attiré par ces plantes, il veut les voir, les toucher, nous le constatons régulièrement lors des expositions ventes de plantes et dans les jardineries au rayon « cactées ». La rencontre est donc inévitable. Elles sont différentes des autres avec leurs aiguillons et leur forme inhabituelle, la curiosité des enfants s’en trouve aiguisée. Comme chacun sait, l’enfant apprend avec tous ses sens. Il faut donc regarder, toucher, goûter, sentir. Faut-il pour autant mettre toutes vos plantes à la poubelle ? Allez-vous mettre votre gazinière ou vos plaques chauffantes, votre four, vos lessives et autres produits d’entretien à la décharge ? C’est peu probable, car vous avez besoin de préparer à manger et de laver votre linge. Vous allez donc mettre certains produits en zone inaccessible et pour le reste, vous allez instaurer des interdits. Ainsi, l’enfant grandira avec des casseroles sur le feu et des plats dans un four bouillant. Et heureusement, les drames n’arrivent pas à tout le monde. Lire la suite

Cactus entretien en février

février 12, 2015 Plantes grasses 0
Cactus entretien en février

     Nous voici en février, mois l’activité “cactus entretien” reprend doucement. Il est fort probable que les températures extérieures commencent à monter dans le courant du mois. Les boutons floraux se préparent, peut-être que sur certaines plantes, vous allez commencer à les voir apparaître. Ils sont encore tout petits, mais ils ne demandent qu’à se développer. Les plantes ont un aspect flétri, elles souffrent. Le temps est venu de les aider à se réveiller doucement. Mais attention, l’hiver n’est pas fini, il faut plus que jamais prendre garde aux pourritures.

The Biznaga Cactus with Flower Blossom Outside.

Surveiller la météo

      C’est le bon moment pour commencer à surveiller la météo sur de longues périodes de dix à quinze jours. Quand vous voyez que les températures atteignent les 12 à 15°C sur une période d’une semaine, vous pouvez alors réaliser un arrosage. Soit il pleut et vos plantes seront ravies de passer une journée dehors où elles vont avoir l’air, la lumière et l’eau. Soit il ne pleut pas et vous utilisez le traditionnel arrosoir. N’hésitez pas à mettre une bonne quantité d’eau. N’oubliez surtout pas de les rentrer au chaud le soir. Dans ce cas, il vaut même mieux les installer à une température supérieure à 15°C en attendant que la terre soit sèche.
Ensuite, vous pouvez les replacer dans leurs quartiers d’hiver. N’arrosez pas plus d’une fois dans le mois.
Si vous pouvez vous procurer de l’eau de pluie, c’est idéal pour les cactus. Autre avantage, c’est gratuit et en ce moment, il y en a en abondance.

L’observation

      Vous allez déplacer tous vos pots, alors profitez-en pour regarder s’il n’y a pas quelques envahisseurs indésirables. Si tel est le cas, traitez avant de remettre les plantes à leur place. Ne mouillez surtout pas les parties traitées de la plante ce qui éliminerait les effets du produit.

Le rempotage

      Vous pouvez aussi profiter de cette période un peu plus douce pour commencer les rempotages. Vous allègerez ainsi votre emploi du temps du printemps. Normalement, vous avez profité de l’hiver pour préparer votre substrat et vos pots. Vous avez fait le bilan du matériel dont vous allez avoir besoin et vous l’avez acheté et désinfecté (substrat, pots, étiquettes). Dépotez de préférence en journée, il est beaucoup plus aisé de voir les poux des racines à la lumière naturelle.

Préparation des semis

      Si vous souhaitez faire des semis, votre matériel est également prêt ou presque. Vous avez acheté vos graines, les pots ou bacs à semi sont nettoyés ainsi que les éventuels sacs plastiques, les étiquettes sont propres, le substrat est désinfecté et sec, le quartz est également nettoyé, vous avez vos produits (engrais et fongicide). Vous n’attendez plus que la clémence de la météo. Si vous avez de la place, vous pouvez commencer à préparer vos pots ou vos bacs à semi. Ainsi, le moment venu, il ne vous restera plus qu’à mettre les produits, les graines et à arroser.

Photo maison article 11

En attendant le printemps

      Vous continuez à soigner avec amour vos plantules de l’année précédente et vous prenez plaisir à les regarder grandir. Dans quelques mois, les plus développées pourront rejoindre les plantes adultes. Attention cependant à ne pas trop les exposer au soleil, elles sont encore fragiles.

     Nous entrons dans la période où les jours rallongent, les températures vont bientôt devenir plus clémentes et il nous tarde que la nature se réveille. Alors, aidons-là en douceur.

Si vous souhaitez vous procurer des graines, les jardineries en vendent en mélange. Sinon, vous pouvez les commander en ligne chez des producteurs de cactées, notamment chez ADBLPS, principal producteur français de graines ou chez de gros producteurs à l’étranger, par exemple UHLIG basé en Allemagne. Vous aurez des graines de qualité avec des garanties de réussite sur les semis faciles. Pour certains semis particuliers, ADBLPS vous envoie également des conseils pour vous aider à réussir. Les sachets de graines sont pour la majorité à des prix abordables (moins d’un euro les 20 graines). Dans bien des cas, plus le prix est bas, plus la plante produit de graines et plus celles-ci germent facilement.

La culture de l’epine du Christ

février 5, 2015 La plante du mois 0
La culture de l’epine du Christ

Euphorbia milii encore appelée « couronne du Christ » ou « epine du christ » a la particularité d’être en fleur en hiver. Originaire de Madagascar, elle fait partie des quelques plantes qui ont gardé leur rythme de vie de l’hémisphère sud, c’est-à-dire que les mois de décembre et janvier correspondent pour elle à l’été. C’est pour cette raison qu’elles sont actuellement en fleurs.

Disponibilité :

C’est une plante très facile à trouver en jardinerie. Ses fleurs sont le plus souvent de couleur rouge ou jaune. Si vous souhaitez en acquérir une, vérifiez que la terre soit sèche. En effet, si elle est mouillée, vous ne savez pas si elle a été abondamment arrosée ou pas, ni le risque de pourriture qui en découle. De plus, vous allez la sortir à une période où il fait généralement froid. Même si cette sortie est de courte durée, elle la supportera mieux si le substrat est sec. Après quelques heures passées au chaud, si elle est légèrement flétrie il sera alors toujours temps de l’arroser.

??????????????????????????????????????????????
Culture :

C’est une plante qui craint le froid, il ne faut pas que la température descende en dessous de 12 à 15°C. De ce fait, nous les gardons bien souvent dans des pièces chauffées en hiver ce qui permet de l’arroser de temps en temps pendant sa période de floraison. C’est une plante qui fleurit facilement chaque année. Cependant, comme pour toutes les cactées, attendez que le substrat soit bien sec entre deux arrosages.
Si vous la sortez en été, assurez-vous que les températures nocturnes ne descendent pas en dessous d’une quinzaine de degré.

La multiplication :

C’est une plante qui se bouture facilement. Il suffit de couper des morceaux de branches, de les laisser sécher et de les replanter dans du sable.

Euphorbia milii Christusdorn Молочай Миля Wilczomlecz okazały

Les dangers :

L’épine du Christ, comme toutes les euphorbes a de la sève très irritante. D’aspect, l’épiderme paraît très dur, il ressemble à du bois, mais en réalité, il est extrêmement fragile. Une petite éraflure suffit à l’écoulement du latex, voire à sa projection. Il faut donc être très prudent quand on manipule ces plantes et mieux vaut éviter de les laisser dans des zones de passage. Concernant les aiguillons, il faut faire attention de ne pas se blesser accidentellement, mais c’est une plante que l’on peut manipuler à mains nues tant qu’elle est de petite taille, car il est facile de glisser ses doigts entre les épines (par exemple lors d’un rempotage).

Globalement, c’est une plante facile à trouver, qui demande peu d’entretien et qui fleurit facilement. Par contre, il faut être prudent, car sa sève est dangereuse et elle est quand même armée d’aiguillons.

Alors, n’hésitez pas à vous en procurer une et à partager votre expérience.

Entretien Aloe vera

janvier 12, 2015 Balcons et terrasses 3
Entretien Aloe vera

Aloe vera est connu depuis l’antiquité et utilisé notamment en cosmétique aujourd’hui. Il a aussi été utilisé en médecine, dans la cuisine et dans le textile dans l’antiquité. C’est une plante de culture facile qui se développe assez rapidement. Sa multiplication est aussi très simple.

Température :
Votre Aloe peut supporter des températures assez basses en hiver, de l’ordre de 5°C dès l’instant que la terre est bien sèche. Deux avantages à le laisser à des températures basses en hiver, d’une part, il se développera moins vite et d’autre part, il y a davantage de chance pour qu’il fleurisse.

Arrosage :
Comme toutes les cactacées, l’aloe ne s’arrose que quand la terre est sèche en période végétative c’est-à-dire du printemps à l’automne. Si votre logement n’est pas surchauffé, il peut rester sec de novembre à février.

Éclairage :
La plante doit être positionnée près d’une fenêtre. En été, vous pouvez la mettre dehors. Attention toutefois au soleil direct en milieu de journée qui risque de brûler les feuilles.

Multiplication :
L’aloe est une plante qui rejette beaucoup et qui de ce fait est très facile à multiplier. Il suffit de la dépoter, de séparer les rejets de la plante mère et de les rempoter à part après avoir pris soin de laisser sécher les racines quelques heures.

Parasites :
L’Aloe vera comme tous les aloès est particulièrement sensible aux poux des racines. Par contre, je ne rencontre pas trop de soucis avec les autres sortes de cochenilles.

Tenue :
Il s’agit d’une plante imposante qui demande à être régulièrement rempotée et divisée. Même si la plante a tendance à croître davantage dans un grand pot, celui-ci risque de s’imposer de manière à ne pas basculer du fait du poids de la plante. Avec l’âge et son développement, installez-la à un endroit où vous ne serez pas obligé de la déplacer souvent. En effet, elle va devenir lourde et il faudra y ajouter en plus le poids de la terre. Vous pouvez aussi l’installer dans un double pot. Le premier reçoit la terre et la plante. Le second, d’un diamètre supérieur au premier a pour objectif de caler la plante et de lui éviter de basculer avec son propre poids. Vous pouvez alors en profiter pour utiliser un pot de décoration qui fait aussi office de pot de calage.
L’ensemble de ces conseils est valable pour tous les aloès de grande taille.

Il existe un  et ses différentes utilisations auxquels vous pouvez vous reporter. Il semble que si l’Aloe vera consommé en petite quantité ne présente pas de danger particulier, ses propriétés médicinales restent encore à démontrer. Ce n’est pas non plus une plante dangereuse à manipuler, par conséquent, si vous en possédez une, il n’y a aucun danger pour les occupants de la maison.

Traitement cochenille

janvier 5, 2015 Balcons et terrasses 0
Traitement cochenille

Votre plante a des taches blanches ou des taches marrons sans raison, elle est probablement atteinte d’insectes ravageurs nommés cochenilles.
Les cactus en sont particulièrement victimes et il faut être très vigilant, car elles peuvent entrainer rapidement la mort de la plante, parfois à notre insu, car elles ne sont pas toujours visibles.

 

Les différents types de cochenilles :

Il existe plusieurs types de cochenilles :

– Les cochenilles à bouclier: petites boursouflures de couleur marron sur l’épiderme de la plante ou sur ses feuilles.

– Les cochenilles farineuses: petites taches blanches allongées munies de pattes à un ou plusieurs endroits sur la plante.

– Les poux des racines: ressemblent aux cochenilles farineuses et mangent les racines de la plante. Leur gros défaut, elles sont invisibles, car dissimulées dans la terre. On s’aperçoit de leur présence, soit par hasard lors d’un rempotage, soit quand la plante arbore un aspect anormal.

Cochenille farineuse               cochenille farineuse

 

 

cochenille à bouclierCochenille à bouclier

 

Comment traiter ces cochenilles :

Vous pouvez utiliser :

– Des produits chimiques anti-cochenilles. Pensez alors à bien vous protéger, ces traitements sont aussi nocifs pour l’être humain.

– Ou intervenir manuellement soit avec de l’eau sous pression dans un pulvérisateur, soit avec un petit outil (brosse à dents ou cure-dents quand la plante a des aiguillons). Attention à ne pas endommager l’épiderme de la plante, il ne faut donc pas appuyer. Ce nettoyage manuel peut-être suffisant si vous êtes minutieux. Si vous utilisez de l’eau sous pression et que vous souhaitez ensuite appliquer un autre produit, attendez que l’eau se soit évaporée avant la pulvérisation du produit suivant.

– De l’alcool (intervenez dans un espace bien aéré, voire dehors si vous en avez la possibilité). Ce produit est sans danger pour les plantes, mais attention quand même aux abeilles et aux coccinelles. Mieux vaut intervenir aux heures où elles ne butinent pas.

– Du savon sur lequel les insectes glissent.

– Des produits totalement biologiques que sont les larves de coccinelles.

 

Ces traitements s’appliquent aussi bien sur l’épiderme de la plante que sur les racines. Si vous devez intervenir sur les racines, il faut bien enlever la terre, l’eau sous pression est alors d’une aide précieuse.

Quand vous soupçonnez la présence de ravageurs, n’attendez pas, intervenez le plus rapidement possible, il en va de la survie de la plante. N’hésitez pas non plus à dépoter la plante afin de vérifier l’état de ses racines. En effet, la présence des poux des racines est totalement invisible. Il faut rester aux aguets toute l’année.
Vous souhaitez intervenir de manière totalement biologique, les larves de coccinelles sont facilement disponibles aussi bien en jardinerie que sur internet. Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter le site suivant

Acheter un cactus

décembre 16, 2014 Plantes grasses 0
Acheter un cactus

Quels sont les points de vigilance si on veut acheter un cactus ?

Il faudra avant tout observer son aspect général, puis il faut ensuite vous intéresser au collet de la plante et enfin, à l’éventuelle présence de parasites.

 

L’aspect général:

La plante doit avoir une belle couleur homogène sauf si c’est une plante âgée. Elle peut alors avoir développé du bois à sa base, elle n’est pas malade pour autant. D’autre part, certaines d’entre elles ont des couleurs rougeâtres ou bleutées tout à fait normal également.
Vérifiez bien que la plante n’a pas une tache brune devenant molle quand vous appuyez dessus ou une feuille pourrit.
Évitez l’achat de plante avec des fleurs artificielles piquées ou collées, car elles blessent la plante et elles ne présentent aucun intérêt.
Il est préférable que le substrat soit bien sec lors de l’achat. En effet, s’il est mouillé, vous ignorez quand la plante a été arrosée pour la dernière fois. Cette condition est d’autant plus impérative en hiver que vous allez exposer votre plante au froid jusqu’à votre domicile. Il n’y a rien de tel que le mélange froid et humidité pour faire pourrir un cactus.
Vous pouvez trouver lors des foires aux plantes des cactus vendus sans pot, soit avec racines, soit à enraciner. Elles sont souvent peu onéreuses et il est alors très aisé de vérifier l’état complet de la plante.

 

Le collet :

Attention à ce dernier. Il doit être ferme. La meilleure solution consiste à appuyer légèrement sur la plante ou à la faire bouger doucement de droite à gauche. Si le collet est pourri, la plante va se détacher des racines ou se tasser anormalement si vous appuyez dessus.

 

Les parasites :

La dernière attention se portera sur la présence de taches floconneuses blanches ou de petites taches rondes brunes qui pourraient bien être des cochenilles. Les cochenilles à carapace se présentent sous forme de petites bosses brunes que vous pouvez gratter doucement avec l’ongle. Si la petite bosse se détache, il s’agit bien de cochenilles, si elle ne se détache pas, c’est alors sans gravité.
La même opération sera nécessaire pour vérifier s’il y a des cochenilles farineuses qui se présentent sous forme de taches blanches allongées. Si en frottant avec un doigt, la tache disparaît, il s’agit bien de cochenilles. Dans le cas contraire, c’est probablement sans gravité pour la vie de la plante.

Si la plante semble avoir un bel aspect sans présence de taches douteuses, elle est probablement en pleine forme. Si vous avez malheureusement une mauvaise surprise lors du rempotage, rassurez-vous, tout le monde est victime de ce désagrément au moins une fois et il y a des moyens qui permettent de sauver la plante la plupart du temps. Nous en parlerons dans un prochain article. Si d’ici-là vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser. J’y répondrai au plus vite.