Le bouturage de cactus

Le bouturage de cactus

Nous entrons dans l’hiver qui n’est pas la meilleure période pour la multiplication des cactus. Cependant, nous pouvons dès à présent nous y intéresser, car les semaines passent très vite et l’hiver est une bonne période pour se procurer le matériel et les graines afin d’être prêt au printemps. En effet, si le rejet et le bouturage de cactus  nécessitent peu de matériel, le semi en demande davantage.

Le rejet :

Il nécessite seulement de dépoter la plante selon la méthode que nous avons vu dans un article précédent. A partir de là, il faut séparer les plantes les unes des autres en prêtant une grande attention aux racines. C’est notamment le cas pour les Aloès, Haworthia, Gasteria, Agaves, certaines Sansevieria. Les plantes évoquées ici sont déjà munies de racines. Elles se rempotent dans le même substrat qu’une plante adulte et elles se comportent de la même manière. Cependant, si elles sont petites, elles ont moins de réserve d’eau et elles ont alors besoin d’arrosages plus fréquents.
Il existe une autre sorte de rejets qui se développent essentiellement sur les cactus globulaires (Gymnocalycium, Echinopsis, Rebutia par exemple) et qui sont dépourvus de racines ou dont les racines ne sont pas suffisamment développées pour permettre à la plante d’évoluer seule. Il faut dans ce cas détacher doucement la plantule, la laisser sécher quelques jours (3 à 4 jours) et la planter dans du sable afin de forcer le développement des racines. Quand les racines sont assez abondantes, vous pouvez alors rempoter la plantule dans le même mélange que les plantes adultes. Attention toutefois à ne pas les exposer à un soleil trop direct et à ne pas les laisser de longues périodes sans eau. Ces plantules sont souvent petites et elles ont les mêmes besoins que des semis de quelques mois. Elles sont encore très fragiles.

 

Le bouturage :

Certaines plantes à tiges qui ne rejettent pas peuvent se bouturer. Il faut, à l’aide d’un outil bien tranchant et préalablement désinfecté, couper des morceaux de tiges. Plus ils seront longs et plus la reprise sera assurée. Comme pour les plantules de cactus globulaires, laissez sécher et cicatriser les tiges. Plus la tige est de diamètre important et plus la cicatrisation est longue. Il faut parfois patienter plusieurs semaines avant la plantation et attendre qu’une partie marron ressemblant à du bois se forme. C’est seulement à ce moment-là que vous pouvez planter votre bouture de préférence dans du sable jusqu’à ce que des racines bien vigoureuses soient développées.
Vous pouvez bouturer par obligation quand une plante devient trop volumineuse, pour sauver une plante malade ou tout simplement pour garder plusieurs plantes identiques en vue d’une pollinisation ou encore, pour le plaisir.

 

Les semis :

Du côté des bonnes nouvelles, il existe différentes techniques qui fonctionnent toutes. Le secret de la réussite réside dans la chaleur et l’humidité.
Pensez à désinfecter tout le matériel ainsi que le substrat.
Il est conseillé de semer les cactus au printemps quand les températures sont supérieures à 20°C tous les jours. Dans la pratique, les graines germent d’autant plus vite qu’il fait chaud. Mieux vaut toutefois éviter de dépasser les 30°C. La nuit, il peut faire plus frais. Il est également conseillé d’avoir une durée de lumière journalière d’au moins 14 heures. Compte tenu de ces différentes conditions, vous aurez compris qu’il faut attendre au moins la mi-mai pour semer.

 

Semis en mini serre :

La mini serre vous permet de reconstituer ces conditions de culture et de semer toute l’année. Il faut alors installer une résistance chauffante et une lumière artificielle. Vous pouvez également introduire à votre installation un programme qui permet de réguler la température. La serre chauffante est également très pratique au printemps quand le froid persiste. Vous pouvez alors semer et chauffer de manière à faire germer vos graines et à aider les plantules à se développer. Quand les graines ont germé, il faut penser à aérer la serre de plus en plus longtemps en journée. Il faut également traiter avec un fongicide pour éviter le développement des champignons et la « fonte des semis » qui font disparaître toutes les plantules. Les champignons ressemblent à des petits filaments blancs. Avec le développement des aiguillons, il faut réduire les arrosages. Pour replanter en pot individuel, prenez votre temps, plus les plantules sont fortes et moins elles souffrent de ce rempotage. Il est impossible de donner une idée de temps, car, c’est très différent entre une Agave au développement très rapide et un Frailea au développement beaucoup plus lent.
Par conséquent, vous rencontrerez des problèmes si vous semez différentes espèces dans un même bac à semi. Certaines plantes seront prêtes à être rempotées tandis que d’autres n’auront pas encore germé.
Il existe un moyen d’y remédier, le semi en pot que vous positionnez ensuite dans votre mini serre. Ainsi, vous sortez les pots au fur et à mesure du développement de vos plantules. Vous pouvez même dans ce cas fonctionner avec deux serres, la première accueille les graines et la seconde accueille les jeunes plantules.

Semis en sac :

Vous pouvez également utiliser la technique du semi en sac qui consiste à placer vos pots ou bacs à semi dans des sacs transparents hermétiques. Il faut alors bien préparer en amont le développement de vos plantes en désinfectant l’ensemble du matériel, mais également en apportant engrais et fongicide avant le semi. En effet, une fois que le pot est enfermé dans le sac, il vaut mieux ne plus intervenir sous peine de voir des champignons se développer. Le pot ne sortira que quand les plantules seront suffisamment fortes pour continuer d’évoluer à l’air libre. En cas de problème avec un pot, vous avez la possibilité de le sortir et de le cultiver comme nous l’avons vu précédemment.

Comme vous pouvez le constater, la multiplication des cactus n’est pas très compliquée. Un bon nombre d’entre eux développent des plantules ou rejets. Si vous tentez l’expérience, vous avez donc de bonnes chances de réussite. Cette période hivernale est le moment propice pour vous renseigner sur les espèces faciles à cultiver et à faire reproduire, mais également pour préparer le matériel et acheter les graines.

 

Dites-nous dans les commentaires comment s’est passé votre bouturage de cactus.

A propos de Patricia Provost

Les cactus, c’est une passion familiale, mon père en possédait déjà. Avec l’âge, je m’y suis intéressée à mon tour. Après des débuts difficiles, des ouvrages m’ont aidé à mieux les cultiver. Cette expérience me permer aujourd'hui de vous conseiller pour le bien-être de vos cactus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*