La plante du mois Archives - Page 2 sur 3 - Plantes et Jardin de Ville

Archives : La plante du mois

Entretien d’héllébore

décembre 18, 2015 La plante du mois 0
Entretien d’héllébore

     Depuis quelques jours, je poste régulièrement des photos de plantes en fleurs ou en fruits à cette saison. Certaines plantes me surprennent comme par exemple Primevère, par contre, il est tout à fait normal qu’Hellébore aussi connue sous le nom de rose de Noël fleurisse à cette époque.

Son comportement :

     Tandis que la plupart des plantes sont en plein épanouissement au printemps ou en été, Hellébore fait le contraire. Elle a très peu de feuilles en été et elle se développe à partir de l’automne. D’ailleurs, d’année en année, elle devient de plus en plus conséquente.

DSC_0785

Entretien :

      C’est une plante qui demande très peu d’entretien. Il faut l’arroser en été quand il fait chaud et sec sans toutefois laisser d’eau stagnante, supprimer les fleurs fanées et les feuilles séchées. Elle apprécie un emplacement ombragé à mi ombragé l’été. Elle reste dehors toute l’année du fait de sa rusticité. Elle s’adapte à tous les types de terre même s’il est recommandé de la cultiver dans un sol plutôt calcaire. De même, il est recommandé de lui apporter régulièrement de l’engrais ou du compost, la mienne est plantée dans du sable, elle ne reçoit pas d’engrais, presque pas de compost et elle se porte très bien. Si vous pouvez la planter en pleine terre, prévoyez de l’espace afin qu’elle puisse se développer sans empiéter sur d’autres plantes et en pot, soyez également prévoyant, car elle grossit un peu plus chaque année. Qui plus est, elle n’apprécie pas les changements de place ou de pot fréquent, donc installez-là directement dans un pot assez grand.

La floraison :

      Les couleurs les plus couramment disponibles sont le blanc, le rose et le pourpre, mais il existe d’autres couleurs notamment du vert.

DSC_0833

La multiplication :

      Elle se fait par graines ou par division de touffes.

Divers :

      Il s’agit d’une plante toxique, par conséquent, soyez prudents si vous avez des enfants ou des animaux qui touchent les plantes. De votre côté, n’oubliez pas de bien vous laver les mains après l’avoir manipulé ou portez des gants.

     Si vous disposez d’un emplacement ombragé ou mi ombragé, Hellébore est une plante à vous procurer pour mettre un peu de couleur sur votre balcon, votre terrasse ou dans votre jardin en hiver. Elle demandera peu d’entretien.
En ce moment, vous en trouvez partout.

L’entretien d’une orchidée

décembre 9, 2015 La plante du mois 0
L’entretien d’une orchidée

     L’Orchidée, une plante qui m’a fait rêver pendant longtemps, mais à cette époque-là, elle était trop chère pour mon budget. De plus, je ne savais pas comment l’entretenir. Il existait bien des livres sur le sujet, mais je ne voulais pas prendre le risque de perdre une plante d’un tel prix. Internet n’existait pas encore pour appeler à l’aide des professionnels ou des amateurs éclairés en cas de difficultés. Alors, j’ai attendu, me contentant de les admirer dans les jardineries et chez les fleuristes. Et un soir en rentrant du travail…

Lire la suite

Planter et entretenir le kniphofia

novembre 15, 2015 Balcons et terrasses, La plante du mois 0
Planter et entretenir le kniphofia

Appelé aussi « tison de satan », « tritome » ou « faux aloès » le kniphofia attire les regards avec son port et sa floraison spectaculaire.
Plante originaire d’Afrique du Sud et de l’Est, le kniphofia fait partie de la famille des « liliacées ».
Vivace aux feuilles persistantes, il étonne par ses épis perchés sur de longues tiges rigides.
Au sommet de ses tiges, une grappe de fleurs en forme de longs tubes retombants qui revêtent des couleurs flamboyantes allant du jaune, rouge à l’orange.
La floraison peut être unie ou bicolore selon les espèces.
Il existe également des variétés hybrides. Lire la suite

Entretenir Haemanthus albiflorus

novembre 2, 2015 La plante du mois 0
Entretenir Haemanthus albiflorus

Voici une plante assez peu connue, qui est pourtant de culture facile et dont la floraison vous ravira. Elle fait partie de la famille des Amaryllis, elle est cependant plus petite. Elle débute sa floraison actuellement contrairement à Amaryllis qui fleurit en hiver et au début du printemps.

 

L’aspect :

C’est une plante d’assez petite taille qui rentre dans un pot de diamètre 10 à 12 cm pour une hauteur de 25 à 30 cm. Elle développe des feuilles en opposition sur un bulbe. Les petites feuilles se développent entre les grandes.

DSC_0734

Lire la suite

Comment bien planter des bruyères ?

septembre 16, 2015 Balcons et terrasses, La plante du mois 0
Comment bien planter des bruyères ?

Les bruyères font partie de la famille des Éricacées.
Il en existe une grande variété.
En les choisissant bien, vous pouvez avoir des fleurs du printemps à l’hiver.
Ce qui en fait un atout certain au jardin.
Les bruyères les plus connues, sont les Calluna (plantation au printemps et floraison en été et en automne) et les Erica (plantation fin d’été ou début d’automne et floraison en automne et en hiver).
Les bruyères sont recommandées pour les rocailles, les bordures et se cultivent très bien en jardinières. Lire la suite

Comment entretenir un scindapsus ?

août 27, 2015 Choisir ses plantes d’intérieur, La plante du mois, Soigner ses plantes d’intérieur 0
Comment entretenir un scindapsus ?

Envie d’une plante facile d’entretien ?
Idéale pour les jardiniers débutants ?
A la croissance rapide ?
Qui se reproduit aisément ?
Et qui assainit l’air de vos maisons ou appartements ?

Le scindapsus ou pothos est la plante idéale.
Plante grimpante au feuillage persistant d’origine tropicale et de la famille des aracées, le scindapsus fera merveille dans vos intérieurs. Lire la suite

Comment faire une bouture ?

août 21, 2015 La plante du mois 0

     Voici une plante que j’ai acheté il y une petite dizaine d’année par correspondance. L’expéditeur met tout en œuvre pour que le colis parvienne à destination le plus rapidement possible, cependant la plante avait bien souffert. J’ai eu peur de la perdre, puis progressivement, elle s’est remise de son voyage. Depuis, elle a bien proliféré par semis spontanés.
Vers la fin de l’hiver ou le début du printemps, j’ai tenté une nouvelle expérience, comment faire une bouture de Dorstenia hildebrandtii ? Etant donné la facilité avec laquelle cette plante se reproduit en semis spontanés, il ne m’était pas encore venu à l’idée de tenter la bouture. Et bien, c’est fait, et le résultat est très concluant.

Ma manière de procéder :

J’ai donc sorti l’un d’eux de ma collection et j’ai coupé une branche d’une dizaine de centimètres. Si Dorstenia n’est pas véritablement une succulente mais qu’elle appartient plutôt à la famille des Ficus, j’ai traité la plante mère et la bouture de la même manière que si j’avais eu affaire à une succulente. J’ai repositionné la plante mère dans la collection et j’ai laissé sécher la cicatrice sur la bouture pendant quelques jours. Ensuite, je l’ai planté dans un petit pot de sable. J’ai été obligée de l’arroser fréquemment, plus encore que les plantes enracinées. Cependant, la petite bouture est restée bien verte et des fleurs sont apparues au mois d’août, preuve qu’elle se portait parfaitement bien plusieurs mois après son installation dans le sable.

DSC_0649

Lire la suite

Une plante grasse, Agave parviflora

août 5, 2015 La plante du mois 0
Une plante grasse, Agave parviflora

     Avec le retour du printemps, je commence à bouger tous les pots de cactus, notamment pour les arroser, mais aussi pour en placer certaines en abri froid. Il ne risque désormais plus de geler dans le cabanon, donc les plantes les moins sensibles au froid peuvent y prendre leur quartier jusqu’en juin.
Au cours de ces manipulations, je fais une belle découverte, une plante grasse,  Agave parviflora a fait un rejet.

Le rejet :

      La plante mère est déjà assez grosse et juste dans son pot. Par conséquent, si le rejet se développe trop, je vais rencontrer un problème de place dans le pot. Il y a donc urgence à la dépoter. Il y a alors deux solutions, soit je prends un pot plus grand, soit je sépare le rejet.   Normalement sur ce type de plante, la séparation entre la plante mère et le rejet ne doit pas poser de problème. C’est donc la solution que j’adopte, le rejet étant suffisamment développé pour supporter cette séparation.
Mais l’opération ne se déroule pas tout à fait comme prévu. En effet, le rejet se détache bien, mais il se retrouve sans racine. Bon, pas de panique, je vais tenter de le sauver.

Lire la suite