Cochenille farineuse sur Aylostera

Cochenille farineuse sur Aylostera

     Il fait beau, il fait chaud, les cactus sont presque tous dehors. Normalement, à cette période de l’année, il suffit d’arroser au maximum deux fois par mois si la météo ne fait pas son travail. Dans ce domaine, en cet été 2015, il ne faut pas compter sur la pluie pour arroser, nous sommes mieux servis par nous-même.
Avec près de 40°C à l’ombre et un arrosage toutes les deux à trois semaines, il ne devrait pas y avoir de problème de pourriture, et pourtant…

Mauvaise surprise :

      Compte tenu des conditions météos, je commence à arroser quand soudain, je vois des têtes jaunes sur Aylostera albiflora. Non, des traces de pourriture, ce n’est pas possible. Je suis certaine qu’il ne s’agit pas d’un excès d’eau, il doit y avoir autre chose. Je décide donc de dépoter la plante. Au cours de cette opération, j’écarte les têtes, et là, mauvaise surprise, de la cochenille farineuse se dissimule au niveau du collet. Je les tiens les coupables.

DSC_0621

La solution :

     Du coup, il y a du travail, un sacré jeu de patience pour détacher chacune des têtes, enlever manuellement les cochenilles et pulvériser de l’alcool sur chaque tête.
Ensuite, il me reste un gros tri à effectuer entre les têtes non endommagées avec des racines qui ont toutes les chances de reprendre rapidement, celles endommagées avec des racines, celles en bon état sans racine et celles en moins bon état sans racine. Il faut aussi éliminer les têtes pourries.

DSC_0629

Quelques heures plus tard :

      Le lendemain, il faut 4 pots au lieu d’un auparavant, deux avec du sable qui recevront les têtes sans racine et deux avec du terreau qui recevront les têtes avec racines.
Désormais, il ne reste plus qu’à attendre, il y aura certainement encore un peu de perte, mais globalement la plante devrait s’en sortir. J’ai déjà eu une expérience similaire avec un Lobivia qui après deux à trois ans commence à redémarrer.

DSC_0630

     Vous constaterez donc que l’humidité n’est pas toujours responsable des pourritures. Quand une plante semble dépérir, c’est souvent en la dépotant qu’on comprend le problème. Quand on a la chance de le voir rapidement avant que les dégâts ne soient trop importants, on arrive souvent en s’armant de patience à la sauver.
Donc, si vous voyez une de vos plantes arborer un mauvais aspect, n’hésitez pas à la dépoter quelle que soit la saison, vous avez des chances de trouver la réponse à vos questions. Une fois que vous avez compris le problème, vous pourrez mieux le régler et nous faire partager vos expériences.

A propos de Patricia Provost

Les cactus, c’est une passion familiale, mon père en possédait déjà. Avec l’âge, je m’y suis intéressée à mon tour. Après des débuts difficiles, des ouvrages m’ont aidé à mieux les cultiver. Cette expérience me permer aujourd'hui de vous conseiller pour le bien-être de vos cactus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*