Le jardinage des cactus et les enfants - Plantes et Jardin de Ville

Le jardinage des cactus et les enfants

Vous allez accueillir ou vous attendez l’arrivée d’un bébé et vous avez des cactus à votre domicile. Vous vous demandez si vous devez vous débarrasser de vos plantes ou si les deux vont pouvoir cohabiter sans danger. Ce type de « jardinage enfant » est-il compatible ?

mms_img-1106048999    Danger: Euphorbe

 

La découverte :

     L’enfant est bien souvent attiré par ces plantes, il veut les voir, les toucher, nous le constatons régulièrement lors des expositions ventes de plantes et dans les jardineries au rayon « cactées ». La rencontre est donc inévitable. Elles sont différentes des autres avec leurs aiguillons et leur forme inhabituelle, la curiosité des enfants s’en trouve aiguisée. Comme chacun sait, l’enfant apprend avec tous ses sens. Il faut donc regarder, toucher, goûter, sentir. Faut-il pour autant mettre toutes vos plantes à la poubelle ? Allez-vous mettre votre gazinière ou vos plaques chauffantes, votre four, vos lessives et autres produits d’entretien à la décharge ? C’est peu probable, car vous avez besoin de préparer à manger et de laver votre linge. Vous allez donc mettre certains produits en zone inaccessible et pour le reste, vous allez instaurer des interdits. Ainsi, l’enfant grandira avec des casseroles sur le feu et des plats dans un four bouillant. Et heureusement, les drames n’arrivent pas à tout le monde.

Dans ces conditions, vous pouvez également placer vos cactus à hauteur pour ne pas que l’enfant y touche. Soit me direz-vous, mais un jour, il sera assez grand pour les attraper et il s’aidera peut-être d’un tabouret ou d’une chaise pour les atteindre plus facilement et plus tôt que prévu. Alors, quelle autre solution pouvez-vous trouver ?

La solution :

     Vous pouvez sélectionner quelques plantes sans danger, les regrouper dans une caisse, les positionner dans l’espace de jeu de l’enfant, vous asseoir à côté et leur faire faire connaissance. Quand l’enfant arrive, touchez doucement chaque plante, lui dire : « c’est doux » ou « aïe, ça pique » et le laisser toucher après vous. Pour avoir expérimenté cette méthode, vous verrez que même un très jeune enfant de moins d’un an touche avec délicatesse, il ne se blesse pas, mais il sait ensuite à quoi s’en tenir. Il faut exclure de cette expérience les euphorbes, les opuntias, les plantes à aiguillons crochus, les aiguillons les plus durs. Vous pouvez ensuite laisser des plantes au sol, en évitant quand même son espace de jeu et les zones de circulation. Les incidents sont alors très rares. Maintenez malgré tout, les plantes les plus dangereuses à hauteur ou dans des zones difficilement accessibles. Il y a bien parfois un jouet qui tombe sur une plante, mais l’enfant vous appelle, il ne cherche pas à le récupérer seul.

DSC_0271      Aiguillons crochus

Les incidents :

     Ils commencent à se produire quand l’enfant est plus grand et qu’il veut vous aider à arroser ou à transporter des pots. Quoiqu’il en soit, ils restent rares et sans gravité, car l’enfant a compris dès son plus jeune âge qu’il peut se faire très mal. Il faut continuer à l’accompagner dans la connaissance de ces plantes en lui expliquant les risques selon les espèces, en lui montrant les plantes. Vous constatez alors que dès l’âge de 4 à 5 ans, il connaît celles qu’il peut toucher sans danger et celles dont il doit se méfier. Quand il arrive un accident (en général, un aiguillon planté dans un doigt), c’est parce qu’il a voulu prendre un pot et il n’a pas vu qu’à côté, il y avait une plante plus dangereuse. Il suffit alors d’enlever l’aiguillon, de désinfecter par acquis de conscience, ce qu’on ne fait généralement pas pour soi-même, et c’est sans conséquences.

L’autre type d’incident courant, c’est le ballon de baudruche qui rencontre des aiguillons et qui éclate entraînant des pleurs. Il suffit d’avoir quelques réserves et d’en gonfler un autre dans l’urgence.

Autre précaution :

     Il semble bien naturel d’éviter l’usage des produits chimiques avec un bébé, alors en cas de cochenilles, pensez à l’eau sous pression ou à un nettoyage manuel et surveillez plus souvent vos plantes afin d’intervenir le plus tôt possible. Ce système est plus contraignant, mais n’oubliez pas que les produits chimiques sont responsables de graves maladies. Si les plantes sont dans votre logement, l’enfant respirera inévitablement les produits, sans compter qu’il risque de toucher les plantes ou les pots sur lesquels il y a eu des projections de produit et de porter ses mains à sa bouche par la suite.

Cactus con pinchos

     Vous constatez donc qu’il n’est pas spécialement dangereux de posséder des cactus avec de jeunes enfants. En effet, le danger se voit et se touche contrairement à un four ou à des produits d’entretien. Par conséquent, n’ayez aucune crainte, contentez-vous d’un apprentissage. C’est même un domaine dans lequel vous pouvez facilement limiter les interdits en mettant simplement les plantes à risque hors de portée de main. Si l’enfant les remarque, il ne sera pas tenté de s’approcher dès l’instant qu’il y a des plantes accessibles. Et moins il y a d’interdit, moins il est tenté d’aller voir.

Alors, si vous souhaitez des cactus, faites-vous plaisir, les expositions ventes vont bientôt reprendre, la première en région parisienne se tiendra à Cergy-Pontoise (95) les 28 et 29 mars à l’Institut Polytechnique Saint-Louis, IPSL-ISTOM, 32 boulevard du Port. Le même weekend (27-28 et 29 mars) il y aura un salon du jardin à Senlis (60) où seront également présents des producteurs de cactus.

A propos de Patricia Provost

Les cactus, c’est une passion familiale, mon père en possédait déjà. Avec l’âge, je m’y suis intéressée à mon tour. Après des débuts difficiles, des ouvrages m’ont aidé à mieux les cultiver. Cette expérience me permer aujourd'hui de vous conseiller pour le bien-être de vos cactus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*