Multiplication des végétaux

Multiplication des végétaux

Je pense que vous connaissez tous différentes méthodes de multiplication des végétaux. En effet, selon la variété, on utilise l’une ou l’autre des techniques que nous allons détailler par la suite. Certaines plantes peuvent se multiplier d’une ou de plusieurs manières. Alors, comment faire ?

La multiplication des végétaux par graines

De nombreuses plantes se multiplient par leurs graines. C’est un sujet que je développe régulièrement dans mes articles sur les cactus. D’autres végétaux se multiplient de cette façon. C’est notamment le cas des haricots, radis, fèves, pois, tomates, courges ainsi que de nombreuses fleurs décoratives vivaces (Primevères) ou annuelles (Coléus).

La multiplication des végétaux dans l’eau

Certaines plantes développent des racines au contact de l’eau. Il faut couper un morceau de branche et le mettre quelques semaines dans un récipient plein d’eau. C’est le cas du Pothos par exemple. D’autres font des rejets et ce sont ces plantules qu’il faut mettre dans l’eau pour que les racines se développent. C’est notamment le cas du Chlorophytum.

La multiplication des végétaux par division de touffes, de bulbes ou de rhizomes

Certaines plantes se développent à un tel point qu’il devient nécessaire de diviser les touffes pour les maintenir en culture en pot, c’est le cas de certaines orchidées ou encore de Clivia.

Vous pouvez aussi trouver des plantes dont les bulbes se multiplient au point qu’il devient également nécessaire d’utiliser plusieurs pots, c’est le cas des Achimènes.

Souvent, les plantes à bulbe développent un nouveau bulbe sur le bulbe mère ou des bulbilles. Ce sont ces jeunes bulbes ou bulbilles qu’il faut alors séparer. C’est notamment le cas des narcisses ou des tulipes par exemple.

La multiplication des végétaux par bouturage

Il s’agit ici de couper des morceaux de branches et de les mettre dans la terre où des racines vont se développer donnant naissance à une nouvelle plante. Une plante facile à bouturer et très répandue est le Géranium ou plutôt le Pélargonium. D’autres plantes se multiplient de la même manière, mais avec un taux de réussite moindre, c’est le cas du Thuya. Une hormone de bouturage améliore un peu ce taux de réussite. Vous pouvez également tenter de multiplier le Rosier ou l’Hortensia avec cette méthode.

 

La multiplication des végétaux par marcottage

On réserve en général cette technique aux plantes réputées très difficiles, voire impossible à multiplier. C’est le cas du Magnolia par exemple. Vous lirez dans des ouvrages spécialisés sur le bouturage des plantes que la multiplication est impossible. Pourtant, les pépiniéristes parviennent à le faire reproduire. C’est donc qu’ils possèdent des méthodes méconnues du grand public.

En quoi consiste le marcottage ? Certaines plantes le réalisent d’elle-même comme par exemple la ronce. Quand ses longues branches touchent le sol, la partie qui se retrouve en contact avec la terre forme de nouvelles racines. Vous pouvez provoquer cet enracinement en prenant une jeune pouce de l’année à la base d’une plante et en l’enterrant dans le sol ou dans un pot que vous placez près du tronc. Vous attendez que des racines se développent dans cette partie enterrée et après seulement vous coupez la jeune plantule du pied mère. Je viens de tenter cette expérience et à ma grande surprise, en deux à trois semaines des débuts de racines sont déjà formés. L’enracinement est donc assez rapide.

 

Les plantes qui peuvent se multiplier de plusieurs façons

Je pense au Pélargonium que vous pouvez obtenir facilement à partir de semis ou de boutures. En bouturant, vous obtiendrez exactement la même plante de la même couleur, tandis qu’en semant, les couleurs des fleurs seront probablement différentes.

L’Hibiscus rustique peut se multiplier par bouturage, par semis ou par marcottage.

L’Hibiscus non rustique se multiplie par bouturage ou par marcottage. Le taux de succès du bouturage est aléatoire.

 

 

Et quand on ne sait pas comment multiplier, que faire ? Eh bien, c’est très simple, vous tentez plusieurs techniques en même temps. Vous avez bien des chances pour que l’une d’elles fonctionne. Alors, maintenant que vous avez de nombreuses solutions, amusez-vous et faites nous part de vos réussites. C’est parce que nous tentons des expériences que nous pouvons vous les partager, alors vos succès sont les succès de toutes celles et ceux qui nous suivent. En attendant vos retours, continuons de nous enrichir avec les articles que nous partageons sur notre page Facebook.

 

 

A propos de Patricia Provost

Les cactus, c’est une passion familiale, mon père en possédait déjà. Avec l’âge, je m’y suis intéressée à mon tour. Après des débuts difficiles, des ouvrages m’ont aidé à mieux les cultiver. Cette expérience me permer aujourd'hui de vous conseiller pour le bien-être de vos cactus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*