Naissance d'un pommier - Plantes et Jardin de Ville

Naissance d’un pommier

     Connaissez-vous le proverbe : « petit arbre deviendra grand pourvu que Dieu lui prête vie ».
Je voudrais à travers cet article vous faire part d’une expérience qui pour le moment, fonctionne plutôt bien.
Il y a environ deux ans, j’ai découvert une variété de pomme dont le petit goût acidulé m’a rappelé un arbre que possédait mon arrière-grand-mère. Il s’agit de la pomme Belchard. Par crainte de ne pas en retrouver, j’ai gardé quelques pépins avec l’intention de les planter.

Les pépins :

      J’ai donc récupéré tous les pépins de chaque pomme. Je les ai placés sur une feuille de papier tout l’hiver, ils ont ainsi séché paisiblement sans développer la moindre moisissure.
Quand le printemps est arrivé, j’ai placé les pépins dans un grand pot de fleurs dans du terreau que j’ai bien arrosé. J’ai maintenu le terreau humide et de petites plantules n’ont pas tardé à montrer le bout de leur nez. La première étape était donc une belle réussite puisque les pépins ont germé. Il fallait désormais réussir la deuxième étape.

Le repiquage :

      J’ai patiemment attendu que les plantules aient trois feuilles. A ce moment-là, j’ai entrepris de les rempoter dans des pots individuels, toujours dans du terreau. Il y a bien eu quelques pertes en chemin, mais une partie des plantules a survécu et a continué à se développer. Pendant l’été, alors que 2015 a été caniculaire, les plantules ont connu une période de sécheresse assez importante dans la mesure où je n’étais pas présente pour les arroser tous les jours. J’ai tout de même pris la précaution de les placer à l’ombre avant de partir. Au retour, bonne surprise, mes petits pommiers étaient toujours vivants.

L’hiver :

      A l’automne, comme tous les feuillus, ils ont perdu leurs feuilles, mais ils sont restés en extérieur. Les petites branches sont restées vertes, tous les espoirs étaient donc permis pour le printemps.

Le printemps :

      Effectivement, au printemps, de nouvelles feuilles sont apparues. J’ai rempoté mes petits arbustes dans des pots plus grands, toujours dans du terreau.

dsc00160

Le 2ème été :

      Voilà aujourd’hui mes arbres fruitiers pommiers qui achèvent avec succès leur 2ème été. Je pense qu’il serait désormais possible de les rempoter en pleine terre pendant l’automne, mais ils sont destinés à passer un an de plus en pot, car un nouveau déménagement est dans l’air.
Cette année, de nouveaux petits compagnons les ont rejoints. Ils ont quelques mois et ils sont bien partis pour faire comme leurs aînés.

dsc_1208

     Quand vous goûtez un fruit à noyau ou à pépins qui vous plaît, rien ne vous empêche de tenter vous aussi l’expérience en effectuant vos propres plantations. C’est très simple à réaliser et vous n’avez rien à perdre.
Il me reste maintenant une dernière étape à franchir, obtenir des fruits. Pour cela, on se retrouve dans quelques années.

A propos de Patricia Provost

Les cactus, c’est une passion familiale, mon père en possédait déjà. Avec l’âge, je m’y suis intéressée à mon tour. Après des débuts difficiles, des ouvrages m’ont aidé à mieux les cultiver. Cette expérience me permer aujourd'hui de vous conseiller pour le bien-être de vos cactus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*