Période de confinement - Plantes et Jardin de Ville

Période de confinement

Que faites-vous dans cette période de confinement ?

Il est probable si vous êtes en appartement que cet enfermement vous pèse, par contre, si vous êtes en maison et mieux encore, si vous avez un jardin, c’est le moment de profiter de ce temps dont nous disposons.

Que faire dans cette période de confinement ?

A l’intérieur :

 

Il est encore tôt et même trop tôt pour faire des plantations dehors à part peut-être dans les régions méditerranéennes.

Vous pouvez tout-à-fait semer ce qui sera mis en place après les gelées, c’est-à-dire vers la mi-mai. Pour ma part, c’est ce que je fais. La salle à manger se transforme en serre de jardin chaque année en février, mars et avril. Cela implique bien évidemment d’avoir acheté les graines avant le confinement. Si vous ne l’avez pas fait, vous pouvez tenter la commande à distance. Les pépiniéristes sont probablement ouverts, car ils ne peuvent pas abandonner les plantes sur de longues périodes. Il est probable que les commandes à distance soient assurées.

A l’extérieur :

 

A l’extérieur, le travail ne manque pas. Il y a toujours du nettoyage à faire.

Vous pouvez récolter les quelques légumes hivernaux qui restent comme les choux, l’oseille, les blettes, les topinambours, la salade d’hiver. C’est un bon moyen de ne pas fréquenter les supermarchés où les microbes risquent d’être présents. Dans votre jardin, vous ne risquez pas grand-chose et c’est un lieu dans lequel il n’y a pas encore besoin de signer son autorisation de sortie.

Certains légumes peuvent être d’ores et déjà semés, c’est le cas des petits pois. Les miens commencent à sortir. On peut aussi semer les choux et les oignons.

Vous pouvez profiter de la dernière récolte de topinambours pour en replanter quelques-uns, au cas où nos dirigeants nous condamneraient de nouveau à l’enfermement l’hiver prochain.

Vous pouvez tenter de semer des radis. J’ai vu un voisin mettre quelques graines en terre, je me suis dit, c’est osé à cette saison, puis finalement, j’en ai fait autant et ça pousse. Rendez-vous dans quelques jours pour la première récolte.

 

Finalement, je me rends compte que je n’ai jamais été autant en avance dans mes semis. Si la liberté de mouvement ne nous manquait pas, on pourrait presque remercier nos dirigeants pour ces vacances forcées. En effet, nous mangerons nos légumes plus tôt que d’habitude et jamais jardinier n’aura eu jardin aussi propre. Cette période de confinement a aussi ses bons côtés finalement.

 

A propos de Patricia Provost

Les cactus, c’est une passion familiale, mon père en possédait déjà. Avec l’âge, je m’y suis intéressée à mon tour. Après des débuts difficiles, des ouvrages m’ont aidé à mieux les cultiver. Cette expérience me permer aujourd'hui de vous conseiller pour le bien-être de vos cactus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*