Surprises dans des bacs à pomme de terre

Surprises dans des bacs à pomme de terre

En matière de jardinage, j’aime expérimenter. Alors, pour trouver des idées, je fais comme vous, je lis des articles et des livres. Puis quand je trouve un sujet qui m’intéresse, je teste. Parfois, j’ai de bonnes surprises, parfois de moins bonnes. Quand tout se passe bien, je partage avec vous mes expériences et quand ça se passe mal, je continue de lire et de tester jusqu’à comprendre comment faire pour que ça fonctionne. C’est ainsi que j’ai réalisé dans l’hiver une expérience positive et que j’ai fait accidentellement une découverte dans des bacs à pomme de terre.

 

Mon expérimentation :

J’ai lu dans un article que la pomme de terre peut pousser dans un seau, alors j’ai essayé avec trois pommes de terre acheté en supermarché. Effectivement, la pomme de terre pousse très bien, même si le goût est totalement différent. En effet, lors de la consommation, vous retrouvez le  goût de la pomme de terre nouvelle comme si elle avait été cultivée en pleine terre. D’ailleurs, il faut la traiter comme de la pomme de terre de pleine terre, le binage en moins, car un seau est un peu petit pour cette opération. Je n’ai appliqué aucun traitement, les feuilles sont devenues très grandes, puis une fois fanées, j’ai effectué la récolte. Contrairement à de la culture de pleine terre, je n’ai pas eu de doryphores. Est-ce un hasard ? Une chance ? Peut-être, car il y a peu de potagers autour.

 

Ma découverte accidentelle dans des bacs à pomme de terre :

N’étant pas chez moi pendant deux ans, je ne voulais pas retourner le terrain. J’ai donc acheté des grands bacs en bois pour faire mes plantations habituelles. J’ai acheté un minimum de terreau pour semer la première année, puis j’ai complété les bacs avec du compost maison réalisé avec les épluchures de légumes et autre marc de café.

Un jour, j’épluche des pommes de terre germées et le récipient de compost étant rempli, je le vide immédiatement après dans l’un de mes bacs. Quelques jours plus tard, mon fils me demande s’il peut désherber. Avant de lui répondre, je vais voir les herbes en question et, surprise. Je n’en croyais pas mes yeux. Ce n’était pas des herbes que j’avais devant moi des quantités de pieds de pomme de terre. Je lui explique de quoi il s’agit afin qu’il n’y touche pas. Pour raison de déménagement, nous avons été obligés de les récolter un peu avant la maturité complète, mais certaines étaient déjà très belles. Nous en avons eu environ une demi-bassine. Là encore, je n’ai pas mis le moindre traitement et je n’ai pas vu le moindre doryphore. Dans ce bac dont le volume de terre est déjà important, je n’ai pas non plus arrosé une seule fois malgré les chaleurs du mois de juin.

 

Cette dernière expérience me fait dire que la pomme de terre est vraiment très facile à cultiver et très robuste. Désormais, quand vous avez des germes à vos pommes de terre, ne les enlevez plus, posez simplement vos épluchures sur un récipient plein de terre et assez profond et attendez quelques jours.

En attendant  d’autres expériences volontaires ou involontaires, retrouvez-nous au quotidien sur notre page Facebook.

A propos de Patricia Provost

Les cactus, c’est une passion familiale, mon père en possédait déjà. Avec l’âge, je m’y suis intéressée à mon tour. Après des débuts difficiles, des ouvrages m’ont aidé à mieux les cultiver. Cette expérience me permer aujourd'hui de vous conseiller pour le bien-être de vos cactus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*