Comment trouver un terrain à cultiver ?

Vous souhaitez cultiver, mais vous habitez en appartement et vous n’avez pas de terrain.

Vous pouvez déménager, mais ce n’est pas la solution la plus simple. Si vous avez un balcon, vous pouvez y placer quelques pots et jardinières afin de cultiver des petits fruits et quelques légumes, mais vous allez être très vite limité.

Alors comment faire ?

Nous allons voir plusieurs possibilités pour vous procurer un bout de terrain.

L’achat d’un terrain à cultiver

Il vaut mieux éviter d’acheter un terrain constructible, car ils sont beaucoup plus chers et en plus, la municipalité peut vous obliger à construire. Par contre, de temps en temps, des terrains de culture, encore appelé terrain de loisirs sont à vendre. Bien souvent, la surface est importante, car il s’agit de terres agricoles non constructibles. La superficie proposée peut être un frein.

Si vous voulez 500 m2 et que vous vous retrouvez avec 5000 m2, l’entretien n’est pas le même.

Vous pouvez planter des arbres fruitiers sur une grande partie du terrain et laisser pousser l’herbe dessous. Vous passez un coup de tondeuse de temps en temps ce qui évitera aux ronces et arbres non désirés de se développer.

Vous pouvez aussi demander à vos voisins, vos amis ou des membres de votre famille s’ils souhaitent cultiver et vous divisez le terrain en plusieurs parcelles. Vous pouvez soit louer les secteurs que vous n’occupez pas, soit partager le montant des impôts et de l’eau selon un arrangement amiable.

La location d’un terrain à cultiver

Aujourd’hui, il existe dans de nombreuses communes des jardins partagés. Ils sont généralement très demandés, il y a donc des listes d’attente, mais si vous êtes patient, vous finirez par obtenir un bout de terrain.

Vous serez alors entouré de passionnés avec lesquels vous pourrez échanger des connaissances, mais aussi des surplus de production.

Ces terrains sont en général équipés d’un point d’eau et d’une cabane pour entreposer vos outils. La location annelle est tout-à-fait abordable.

Il y a aussi de temps en temps des privés qui louent de la terre. Regardez donc sur les journaux locaux ou sur le bon coin.

Le système D

Vous pouvez aussi demander autour de vous s’il n’y a pas une personne qui possède de la terre inoccupée. Il peut s’agir du jardin d’une personne âgée ou handicapée ou d’une personne qui n’a plus le temps d’entretenir un grand terrain suite à des changements professionnels ou personnels.

Vous pouvez aussi trouver près de chez vous une personne partie en maison de retraite, les enfants ne veulent pas vendre, mais ils n’ont pas non plus le temps d’entretenir la maison et le jardin. S’ils habitent loin, ils seront peut-être ravis de savoir que le jardin reste propre et qu’une personne est régulièrement présente sur les lieux. Ensuite, à vous d’être sérieux. Rappelez-vous simplement que vous n’êtes pas chez vous.

Si on regarde autour de nous, on s’aperçoit qu’il y a de nombreux terrains inoccupés. Le plus difficile consiste souvent à entrer en contact avec le propriétaire, puis à le convaincre de votre sérieux. Il se pose ensuite la question de l’eau, car les terrains éloignés des routes ne sont en général pas viabilisés. Il faut alors entrer en contact avec la municipalité, lui expliquer votre situation, si la route n’est pas trop loin, l’installation est en général possible.

Si vous ne pouvez pas obtenir l’eau publique il reste l’eau de pluie. Vous pouvez compléter avec un puits ou un forage, mais il faut effectuer une déclaration auprès de la mairie avant les travaux.

Quand vous possèderez le terrain, inscrivez vous sur notre newsletter pour les conseils de culture.

Leave a Reply